Celle qui s’était mise à courir

Il y a quelques mois j’ai décidé de faire du sport.

La quarantaine approchant (ça vous le savez puisque je vous en ai parlé de nombreuses fois…) il était temps d’avoir une activité sportive pour me permettre de garder la forme.

Et puisque je ne voulais pas être dépendante d’horaires précis ni de jours imposés alors la course à pied m’a semblé être le sport idéal.

J’étais moyennement motivée puisque pas sportive du tout… la dernière fois remontait quand même au lycée (hier donc). Même si j’avais bien tenté il y a 3 ans de faire de l’aqua-gym, activité que j’ai abandonné au bout de 2 séances. Ben oui je devais choisir entre manger ou aller à la piscine alors le choix a été vite fait!

J’ai donc appelé ma copine Christelle qui court depuis quelques années en lui demandant de m’avertir lors de son prochain run afin que je vienne courir avec elle.

La coquine ne m’a pas fait attendre puisque quelques jours après je la rejoignais près du canal pour tenter l’expérience de la course à pied.

Cette première sortie de 6kms s’est très bien passée sans que j’éprouve de difficulté, aussi j’ai décidé de renouveler l’expérience d’autres fois avec ma copine.

Et puisque j’y prenais goût Christelle m’a alors proposé de rejoindre le groupe avec lequel elle court régulièrement.

J’ai donc fait ma première sortie avec « la famille » un groupe de runners passionnés et passionnants. Ce groupe a été créé par un couple de bénévoles, qui prennent sur leur temps et leur vie privée pour organiser des sorties chaque semaine. Ce sont des gens extraordinaires qui font ça uniquement par passion. L’ambiance du groupe est hors norme, il y a du partage, des bavardages, des fous rires, des demi tours pour aller chercher les derniers qui peinent un peu plus pendant les courses.

J’y ai trouvé des amis, des confidents, un binôme, de la motivation, de la fierté et de la solidarité.

J’ai enfin compris ce que ça voulait dire d’être droguée au sport et aux endorphines. Moi « miss banquette et chocolat » je n’y aurais jamais cru.

J’ai commencé il y a 6 mois et j’ai fait le Sedan-Charleville, une course de 24kms.

Quand je cours je me sens libérée, délivrée (c’est cadeau la reine des neiges) mes soucis, mes coups de blues, ma fatigue s’envolent.

Alors oui il y aura toujours des gens pour demander: « mais tu cours après quoi ? »

Et j’ai juste envie de répondre : « je cours après mon bien-être et je l’ai trouvé ! »

Publicités